Sélectionner une page

News

L’EDITO avec Claire Baribaud, directrice d’HEPIA

Claire Baribaud, directrice Hepia

Ingénieur·e toujours. Entrepreneur·euseun jour ?  

Les défis posés aux domaines de l’ingénierie et l’architecture sont éclectiques et passionnants. Chercheur·euse·s confirmé·e·s ou en devenir, dans les HES ou ailleurs, se réinventent constamment pour trouver des solutions disruptives, innovantes et durableafin de résoudre au mieux les problématiques rencontrées par les partenaires industriels, les services et les institutions publiques. Ainsi naissent les idées, découvertes, prototypes voire des produits dont certains propices à l’émergence de start-up.   

L’entreprenariat, avec ses prérequis et ses incertitudes, attire toutefois encore peu la communauté de HEPIA mais prenons le pari que bientôt, nombreux/euses seront celles et ceux motivé·e·s à exploiter leurs idées dans ce cadre. J’en veux pour preuve le lancement depuis quelques années de plusieurs startup qui constituent des modèles réussis et inspirants. Il s’agit notamment de « WindShape » avec la création de souffleries à pixels permettant entre autres de tester le vol de drones, « Bioprospect » dans le domaine de la biotechnologie, « Angaratech » dans celui de l’informatique ou encore « Up Green Recycling » qui s’est lancé dans la valorisation des déchets organiques ménagers avec une poubelle à compost sans odeur. HEPIA doit par ailleurs à deux de ses membres la création de la Junior entreprise HEPIA en 2015, association favorisant échanges et expertises entre étudiant·e·s et entreprises

La pénurie d’ingénieur·e·s dans notre pays est installée ; la relève indigène reste insuffisante et le nombre de femmes aussi. La tendance actuelle indique, c’est heureux, une plus grande attractivité de ces cursus. Souvent réputés difficiles et arides, ces formations souffrent d’une image fort éloignée de la réalité. Si la précision et la rigueur y ont toutes deux leur place, la créativité, l’imagination et la passion sont tout aussi présentes, sans compter qu’il s’agit d’un formidable chemin pour comprendre le monde alentour et in fine acquérir des connaissances complexes et très prisées par les entreprises et les industries de la région. À cela s’ajoute la qualité des formations et des expert·e·s suisses, largement reconnue à l’international, offrant l’opportunité de travailler à l’étranger et d’élargir ses compétences.  

Reste qu’en dépit de ces remarquables atouts, le passage à un projet entrepreneurial n’est pas chose aisée. -Pulse Incubateur HES, idéalement situé sur le campus de HEPIA, a ainsi toute sa place au sein de la HES-SO Genève : il fournit un espace et un temps pour réfléchir et transformer une idée en projet, tout en mettant en relation étudiant·e·s, diplômé·e·s et collaborateurs/trices des six HES genevoises aux compétences aussi complémentaires que nécessaires à la gestion d’une entreprise. Cet incubateur enfante synergies, nouvelles idées et innovations tout en facilitant un facteur de réussite essentiel, le réseautage.  

La vie active regorge d’aventures et de combinaisons possibles. L’intention n’est pas de prôner l’innovation pour elle-même et de convertir une majorité de notre communauté en startuppers, avec en fond d’écran des licornes ou autres émanations californiennes. Il s’agit d’élargir l’éventail des opportunités et d’offrir des conditions optimales pour celles et ceux chez qui vibre, ou sommeille, une corde d’indépendant·e et de commercial·e. Notre société est complexe et réclame des pratiques diversifiées et décloisonnées. C’est le rôle et la volonté de l’enseignement supérieur HES, et par conséquent celui de HEPIA, d’en proposer.