Sélectionner une page

News

L’EDITO avec Camille Kunz de Caritas

Camille Kunz
En ces temps de pandémie qui s’allonge, le moral peut être durement touché. On se met alors à rêver d’un monde meilleur, plus juste, plus solidaire, plus responsable. En réalité, nous n’avons pas attendu l’arrivée du virus pour repenser les modes de consommation. Cette crise aura peut-être pour conséquence une accélération du changement. L’urgence climatique en fait clairement partie. Depuis sa globalisation, l’industrie du textile  est considérée comme étant l’une des plus polluantes. Il devient donc essentiel de la réformer au plus vite. Le milieu de la mode et plus globalement celui de la création commencent à le comprendre et à mettre en place des stratégies qui conjuguent design et écologie.
Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies et un sens aigu de la créativité, on peut facilement produire de manière responsable. Les étudiant.es de la Haute école d’art et de design de Genève (HEAD) l’ont bien compris. Au même titre que Caritas Genève qui vient de lancer son label « L’Upcyclerie » et qui a pour but de redessiner les contours de la mode et du design en valorisant les textiles et les meubles qui lui sont donnés. Plus que jamais l’idée que « rien ne se perd, tout se transforme » prend tout son sens. Les innovations créatives et sociales d’aujourd’hui sont celles qui dessineront le monde de demain. Caritas entend bien en faire partie en devenant un acteur local du changement.

L’artisanat comme levier d’insertion

Derrière ce projet, Caritas a comme objectif de redonner des lettres de noblesse à l’artisanat en mettant sur pied des filières de formation et d’insertion professionnelle dans les métiers de la couture et de la menuiserie notamment. Ces ateliers, regroupés dans un nouveau bâtiment à Plan-les-Ouates, permettront à des jeunes en rupture ou à des personnes durablement éloignées du marché du travail de retrouver le chemin de l’emploi. L’humain sera donc au centre de la réflexion. Chacun et chacune ont des compétences à faire valoir et à partager. Et comme le dit si bien l’historien français Denis Lefebvre, le travail n’est pas un privilège, c’est un droit essentiel à la survie de l’humanité.

Pour augmenter les chances de succès de ce projet, Caritas souhaite construire des partenariats forts avec les acteurs locaux : entreprises, institutions publiques, hautes écoles, etc. Les réflexions que nous menons actuellement avec -Pulse et Wondervision vont exactement dans cette direction. C’est en bonne intelligence collective que nous réussirons à changer les paradigmes.

Partenariat créatif avec la HEAD

Pour accompagner Caritas dans ce processus créatif, l’institution a noué en 2020 un partenariat important avec la HEAD. Depuis plusieurs mois, des projets se développent avec les étudiant.es de différentes filières de formation : architecture d’intérieur, autour du réaménagement des boutiques, mais aussi mode et bijoux. Les étudiant.es de la HEAD ont une conscience élevée des enjeux du recyclage et développent des techniques et des innovations pour changer les modes de production et de consommation. Caritas a tout intérêt de s’en inspirer.

Camille Kunz, Directeur de l’espace de formation et d’insertion professionnelle (EsFOR) & réseau vente chez Caritas Genève